site de la ville de Triel
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami
Avec l’été, attention aux tiques !

Avril à novembre est la période d’activité des tiques où le risque de contamination par piqûre est le plus fort. Le risque étant par conséquent plus accru à cette époque de l’année, il est important de connaître les maladies vectorielles comme la maladie de Lyme pour mieux se protéger.

Les tiques sont les vecteurs de la transmission à l’Homme d’une maladie infectieuse, non contagieuse, mal connue et en cours de développement. Il s’agit de la maladie de « Lyme » ou Borrelia de Lyme.

La période d’activité des tiques, c’est à dire le risque de contamination par piqure, court d’avril à novembre. Celles-ci peuvent aussi être actives l’hiver si les température sont douces.

La tique est un hôte intermédiaire de Borrelia qu’elle contracte en se nourrissant du sang des mammifères sauvages infectés : cerfs, sangliers mais aussi serpents ou écureuils.

JPEG - 77.3 ko
Cartographie nationale des risques en 2017

Le nombre de cas de contaminations recensés a quasiment triplé en 12 ans, (de 10 000 à 27 000 cas annuels). Il est difficile de dire si cette augmentation provient de la progression de la maladie ou d’un meilleur dépistage de celle-ci, voire des deux ?

Les zones propices à l’infection sont les régions boisées, en particulier le Nord-Est (Alsace, Meuse, …) et le Centre de la France (Limousin, Auvergne …) mais on observe aussi des cas dans les régions préservées comme les bords de la méditerranée ou la haute montagne. L’augmentation du nombre d’infection par les tiques pourrait, selon certains spécialistes, provenir de la pratique plus fréquente d’activités de loisirs à risque, de la disparition de leurs prédateurs naturels (oiseaux, guêpes …), ou encore de l’introduction d’animaux porteurs comme l’écureuil Tamia, petit rongeur, portant deux bandes claires sur le dos, venu d’Amérique du Nord.

D’autres facteurs semblent favorables à la multiplication des tiques : la prolifération des grands gibiers, les animaux d’élevage. Ils sont également des hôtes permettant à la tique d’effectuer son cycle complet. Mieux connaître les hôtes et les facteurs environnementaux favorables permettra d’évaluer les moyens de protection et de lutte contre le développement de la maladie. L’entretien des espaces forestiers ou des jardins ainsi que la protection des animaux d’élevage ou domestique sont des pistes à explorer. Pour cela il faut agir sur les facteurs environnementaux influençant l’abondance des tiques dans les territoires en préservant ou en restaurant les équilibres écologiques.

Un plan national de lutte contre la maladie de Lyme

Dans cet objectif la ministre des affaires sociales et de la santé publique a souhaité l’élaboration d’un plan de lutte contre la maladie de Lyme dont l’objectif est de répondre aux inquiétudes exprimées par les citoyens.

Ce plan comprend 5 axes stratégiques comportant chacun plusieurs actions. La septième action du second axe stratégique consiste à faire évoluer les messages et supports de prévention, en lien avec les associations et prenant en compte les résultats des sciences participatives et comportementales.

C’est dans le cadre de cette action que l’adjoint à la sécurité publique, Christian Bouteloup, souhaite porter à votre connaissance plusieurs documents de l’agence nationale de santé publique France pour la prévention de la maladie de Lyme :

• Dépliant « maladie de Lyme » à destination du grand publique.
• Dépliant sur la prévention de la maladie de Lyme « les conseils de prudence » à destination des enfants.

PDF - 3 Mo
La maladie de Lyme et prévention des piqûres de tiques
PDF - 3.1 Mo
Les conseils de prudence (pour les enfants)

Ces documents son consultables et téléchargeable sur le site suivant : http://inpes.santepubliquefrance.fr…

Conseils pratiques :

Dès la piqure par une tique il est prudent d’utiliser un « Tire-Tique » disponible en pharmacies pour enlever le parasite. Si les symptômes décrits dans le dépliant « maladie de Lyme » apparaissent, il est souhaitable de consulter un médecin.

Pour plus d’information le plan National de lutte contre la maladie de Lyme est consultable et téléchargeable sur le site du Ministère des Solidarités et de la Santé à l’adresse suivante : http://solidarites-sante.gouv.fr/IM…